TÉMOIGNAGES

  Pour lire des autres témoignages en anglais

Bernardette Delmon
Cher Père James,

J’ai assisté à la retraite de juillet-août à Rocamadour;  je vous remercie pour toutes les grâces reçues et pour la guérison dont j’ai bénéficié.

Quand je suis partie de chez moi (j’habite à Monpazier, en Dordogne), j’avais beaucoup de douleurs dans le dos, les cervicales et l’estomac et je prenais de nombreux médicaments contre la douleur, anti-inflammatoires, cortisone,.. à la suite d’un accident de voiture survenu en 1998. Celui-ci a déclenché les symptômes d’une maladie génétique qui, normalement, se déclare vers l’âge de 70 ans et j’ai 58 ans.  Il s’agit de la scoliose camptocormisan:  je me courbais brutalement et j’étais projetée en avant.  Je portais un corset  depuis 3 ans quand je suis arrivée à votre retraite.  Très fréquemment, vers 2 ou 3 heures du matin, je me réveillais subitement sous l’effet des douleurs musculaires aigües qui me paralysaient; mon mari devait masser mes jambes pour que les crampent cessent.

Lors de la retraite, le vendredi 1 août, pendant l’Adoration, vous avez dit: “Marie-Bernadette, tu n’as plus de douleurs”; j’ai réalisé que vous veniez de prononcer mon vrai  nom de baptême; puis, quand vous avez élevé l’ostensoir, j’ai vu le visage du Christ, avec sa couronne d’épines, dans l’hostie.  Ce soir-là, en me mettant au lit, je n’ai pas eu les douleurs que j’avais habituellement au coucher; j’ai pu me positionner sans problème et bouger comme je voulais pour trouver mon confort.
Le samedi, avant la messe, j’ai témoigné de mon soulagement devant l’assistance; aussitôt après, une dame est venue me voir et m’a montré son badge portant le nom de Marie-Bernadette et m’a fait croire que les paroles “Marie-Bernadette, tu n’as plus de douleurs” lui étaient adressées à elle seule.  J’ai donc douté et cela m’a profondément perturbée; cependant, j’ai persévéré dans la prière.  Au moment de l’élévation, j’ai eu très mal à l’estomac et à la tête, sans comprendre pourquoi.  Après la messe, pendant l’Adoration, vous avez déclaré: “Bernadette est guérie de la colonne vertébrale, du cou et de l’estomac”.
Le dimanche matin, des amies de ma région m’ont demandé:” Bernadette, tu as donc des problèmes d’estomac?” J’ai répondu “oui” et elles ont pleuré, affirmant que vos paroles s’adressaient à moi.  J’ai alors su que j’étais vraiment guérie!  J’ai pleuré et j’ai pu me mettre à genoux pour remercier Dieu.
Ensuite, vous nous avez imposé les mains et je suis restée trés longtemps dans le repos de l’Esprit;  Maryvonne m’a réveillée et on m’a aidée à me relever.

Aujourd’hui, je porte encore mon corset car je ne suis pas assez musclée mais je n’ai plus de douleurs; je peux me baisser, accomplir mes tâches ménagères sans problème et même soulever mes petits enfants.

Mardi 2 septembre, mon docteur spécialiste Mme Perez, de Bordeaux, a constaté que je suis guérie.  Elle m’a demandé de vous adresser ce témoignage.

Mes remerciements les plus chaleureux.
Bernadette Delmon, née Drigoux
24540 Monpazier


TEMOIGNAGE DE ALINE EHANNO – RETRAITE DE ROCAMADOUR
      31 juillet- 3 août 2008

Tout d’abord, je dois préciser que je n’étais pas attirée par le mouvement charismatique, méfiante envers toute nouveauté religieuse et craignant y rencontrer des “dérapés” dogmatiques ou des débordements spectaculaires ou incongrus.
Cependant, je ne portais pas sur cette forme de prière un jugement totalement négative, l’expérience m’ayant prouvé que Dieu a une manière de choisir les siens qui varie avec chaque personne.  Et puis, j’ai eu pas mal de deceptions dans mon apostolat et dû avaler bien des couleuvres!
Il y a 2 ans, j’eu l’occasion de voir et entendre un DVD du Père Marie-Michel, fondateur avec le Père Daniel-Ange (je crois) de l’Oeuvre des ateliers du Carmel de Marie Vierge Missionnaire.  La lecture de plusieurs de ses livres m’a conquise.
Là-dessus, vint s’ajouter à mes misères de santé, début septembre 2007, une terrible sciatique causé par un rétrécissement du canal rachidien:  opération impossible à cause de mon âge, 3 semaines d’hôpital, traitement en douceur, etc… 11 mois après, je n’étais pas guérie et une nouvelle sciatique, moins douloureuse cependant, s’était declare début mai.
Je souffrais chaque fois que je quittais mon lit ou un fauteuil et prenais une peine terrible pour monter les 18 marches de l’escalier conduisant à ma chambre.  Je portais une gaine spéciale et marchais avec une canne.
Très au courant des retraites, camps ou rencontres grâce à plusieurs revues mariales, je me rendis d’abord à Lourdes pour accomplir mon jubilé.  Un mois plus tard, j’accompagnais ma fille Hélène à une réunion charismatique près de Bordeaux, où nous  rencontrâmes Catherine, messagère de l’Oeuvre des Coeurs Unis.  J’en sortis d’autant plus émerveillée que ma fille fut guérie d’un genou.
Lorsque ce fut mon tour d’entendre à l’oreille, les paroles du Seigneur, il me fut dit ceci: “Ce que vous faites  pour les oersonnes âgées, c’est la grâce que le Seigneur vous donne pour le moment”.  Me sentant bien inutile, cette phrase me remplit d’émotion et de joie intérieure, et en y réfléchissant, je me suis dit que peut-être, pour plus tard d’autres grâces m’étaient réservées. Je pensais à ma pauvre colonne vertébrale.
Ne pouvant aller en Italie voir le Père Michele dont j’ai une cassette, j’ai sauté sur l’occasion qui s’offrait de rencontrer le Père Manjackal, car Rocamadour n’est pas le bout du monde!
Donc, je pris le train le vendredi 1er août, j’arrivai à midi; je pris un peu de repos et me rendis au lieu de rencontre vers 15H30.  Durant la messe de 17H, la seule personne que je connaissais a été guérie.  Et le lendemain, samedi 2 août, j’eus l’heureuse surprise d’entendre mon prénom dans la longue liste des guérisons énumérées par le Père James:
“Aline, tu es guérie, Linette, tu es guérie”, ce diminutif étant celui que ma mere m’avait donné à ma naissance.  Pour moi ce détail a un sens très personnel. Je n’avais aucun doute et je fondis en larmes…Cela s’est passé sans que je ressente quoi que ce soit dans mon corps, mon esprit ou mon âme.  Et, depuis le lendemain matin  je peux me lever sans souffrir et monter les escaliers comme il y a un an.  Je n’ai plus besoin ni de gaine ni de canne.
Bien que de formation grégorienne, je n’ai rien trouvé à  reprocher à la liturgie charismatique et je me suis laissé emporter par cet enthousiasme et cette joie visibles sur tous les visages, par cette atmosphère priante, recueillie et tellement adorante devant la Sainte Eucharistie, cette vénération sans ostentation, ces attitudes venue du Coeur et fond de l’âme.
Mêmes remarques concernant les prêtres: piété, recueillement, foi profonde, tout cela transparaissait seulement à les regarder.  Et puis, dans la rencontre avec l’un d’eux, on comprenait tout de suite qu’on avait grâce à lui, une relation exceptionnelle avec Dieu.
 Les instructions étaient conformes à la Doctrine de l’Eglise et soulignaient une grande fidélité à Jean-Paul II et à Benoit XVI.  En plus, avec des paroles et une voix tellement pleines de conviction que l’assemblée était entrainée dans ce sillage… C’est ça la vraie prédication!
 Eh bien! Oui, je suis repartee dans la paix et une vraie joie intérieure, me disant en guise de conclusion: “Dieu visite son people, l’avenir de l’Eglise et celui du monde, c’est là qu’il se trouve”.

     Aline Ehanno-Chatellier, 86 ans
- organiste et maîtresse de chant liturgique durant 45 ans
- responsible durant 10 ans pour l’Aquitaine de l’Oeuvre
      sacerdotale du “Foyer Marial”
- retraitée de l’agriculture
 

    Lugaignac, ce 28 août 2008 en la fête de Saint Augustin
Marie-Rose
Etant presente a la retraite prechee par le Pere James Manjackal a Lourdes en 2004 et mettant en pratique l'enseignement donne, je fus comblee au dela de toutes esperances en recevant l'effusion de l'Esprit Saint, grace a une confession sincere (ou mon ame fut passee au karcher).  Ce jour-la restera grave dans mon coeur de facon indelebile.   Je venais de recevoir la GRACE DU PARDON, je me sentais lavee, libre et liberee, et par la meme guerie de mes maux physiques.   Les vannes du Ciel venaient de s'ouvrir sur moi, inondant mon coeur trop petit pour contenir cet Amour divin.  J'etais baignee interieurement d'une lumiere resplendissante, ruisselant d'un torrent de joie, debordanr de paix, plongee dans une douceur indicible, le tout berce extraordinairement et de facon inattendue par des vagues de louanges incessantes.  J'etais emportee par la tendresse infinie de Dieu, ou je swurfais sur son ocean d'Amour.
                                        J'ai pardonne, Il m'a pardonnee.
Puis, ce n'est pas tout, atteint par ses rayons de misericorde, l'Esprit m'a clairement montre, a qui moi aussi, j'avais fait du mal, et a qui je devais demander pardon a mon tour.
A la suite de ce cheminement, c'est une PLUIE DE GRACES qui s'abbat sur moi.Depuis, j'ai compris que chaque homme est une histoire sacree, que jene dois pas juger mais rejoindre l'autre au coeur de sa souffrance et que Dieu n'a qu'un desir sur nous, "nous sortir de l'enclos boueux de nos peches, pour nous conduire au paturageverdoyant de la grace".
A la suite de cela, la messe est devenue plus vivante, plus "realite" que jamais, chaque mot prononce par le pretre devient une ampoule qui s'allume, formant des lignes de lumiere a l'infini; je suis devenue actrice (dans mon coeur) et non pectatrice, comme avant;  je percois clairement le Mystere de l'Eucharistie qui est une main tendue vers le pecheur, offert a chacun, chaque jour, et  ou nous sommes appeles a devenir celui que nous recevons.
Une des plus belles psychologies, des plus belles guerisons offerte a tous et a chacun est la confession sincere car elle guerit l'ame, et bien souvent, en consequence, le corps physique et..c'est...GRATUIT!
Les fruits de ma deuxieme retraitre en 2005 avec le Pere James Manjackal furent pour notre fille Valentina, qui, a ce moment-la, traversait l'ouragan impetueux de l'adolescence, et depuis lors, elle est sur un chemin de lumiere, chose qui, humainement, nous paraissait impossible...RIEN N'EST IMPOSSIBLE A DIEU !
Soyez divinement remercie, Pere James, d'etre le canal de toutes ces graces.
Marie-Rose

À l'invitation de ma mère, j'ai commencé à apprendre la musique vers l'âge de 6 ou 7 ans, puis la guitare, pour des rencontres de l'aumônerie du lycée.
Après quelques années, le Seigneur a commencé à convertir mon coeur et j'ai débuté une nouvelle vie depuis un pélerinage marial pour l'Assomption 1998 à Medjugorje. Je me suis mis à jouer de la musique pour l'évangélisation, mais après quelques années, j'ai commencé à sentir de fortes douleurs dans ma main gauche, tenant les cordes de ma guitare. Je n'étais plus capable de jouer plus de 30 minutes environ. Durant un rassemblement charismatique et oecuménique ("Embrase nos coeurs 2004, près de Paris"), j'ai été inspiré de suivre deux amis rencontrés là. La jeune femme a prié pour moi, me tenant la main gauche. Rapidement, J'ai senti des picottements dans mes doigts et comme si une bague commençait à se briser dans chaque doigt. Elle m'a expliqué que ces liens m'étaient advenus à cause de peurs (de témoigner de Jésus). Je me suis senti mieux. Durant mes premières retraites avec le père James à Pontmain et Lourdes en 2004, je n'ai rien senti de particulier concernant ce problème, mais je n'ai plus ressenti autaut de douleurs par la suite. L'année suivante, en 2005, je suis retourné à Embrase nos coeurs et ai animé une nuit de prière d'intercession pour la France durant des heures et cette année, j'ai pu louer et animer la prière de louange avec d'autres musiciens lors d'une retraite avec le père James à La Roche Sur Yon, près de la paroisse de mes parents. Il y a trois ans, j'ai décidé de rester célibataire pour le royaume de Dieu et j'ai déjà étudié pendant deux ans au séminaire en vue du ministère de prêtre.

Loué soit notre Seigneur Jésus-Christ ressuscité !
Jean-charles.

Éliane Nicolleau.

Cher(s) lecteur(s) d'internet. Je voudrais avec vous remercier le Seigneur qui, par le puissante intercession de Marie, sa Sainte Mère, et la prière du père James Manjackal, m'a apporté la guérison de mes nombreuses verrues aux mains, suite à la session-retraite à Lourdes, fin septembre 2003. J'étais venu avec mon mari et 2 amies et tous les 4 avons vécu des temps très forts de prière, d'enseignement, de guérison intérieure.
Depuis 8 ans environ, cette douzaine de verrues me gênaient vraiment, me faisant mal à certains moments. Pour m'occuper de mes petites filles, je les cachais avec des pansements; Je les avais fait brûler 7 ou 8 fois à l'azote liquide, mais chaque fois elles revenaient plus fortes. La dernière fois, le médecin m'avait proposé d'arrêter (le traitement à l'azote, trop aggressif) ... J'avais donc essayé l'homéopathie pendant 2 ou 3 mois. En septembre 2003, cela faisait 3 mois que j'étais sans traitement. [Éliane a refusé d'aller voir des guérisseurs, ndr].
Lors d'une prière de guérison, le père James avait annoncé que beaucoup de personnes guérissaient de maladies de peau.
J'ai essayé intérieurement de fortifier ma foi et de croire que j'étais parmi ces personnes. Des prénoms aussi étaient donnés. 2 fois, j'ai entendu : "iliane, tu es guérie". Je m'appelle Éliane et je me suis dit que j'étais une de ces 2 personnes. [En anglais, le e de Éliane se prononce i]
De retour à la maison, au bout de quelques jours, je me suis rendue compte que les verrues me faisient moins mal. Elles semblaient diminuer. Progressivement, elles ont disparu. Il ne me reste qu'une minuscule cicatrice à l'auriculaire de la main droite [comme signe de cette guérison].
Merci Seigneur, merci Marie, merci père James !

Docteur Maurice Caillet

Chère amie. Pendant la retraite du Père James à Verrières, mon épouse, Claude et moi-même avons prié pour son frère Richard, qui vit en Espagne,
et qui souffre depuis plusieurs années de diabète, hypertension et excès de cholestérol et qui était traité par hypoglycémiants et parfois par insuline. Informaticien de niveau international, il vivait depuis quelques mois un retour spectaculaire vers la foi et les sacrements. Pendant les prières de guérison, le Père James a annoncé la guérison d'un certain Richard et nous avons espéré que ce serait le nôtre. Depuis mon beau-frère m'a signalé qu'il avait fait plusieurs accidents d'hypoglycémie, ce qui l'avait amené de lui-même à supprimer tout traitement du diabète. Or, ce matin il a été informé par son endocrinologue qui le suit que ses examens pratiqués il y a une dizaine de jours étaient devenus tous normaux. Il lui a demandé si elle avait la foi, et elle a répondu que non, mais elle a eu à ce moment un sourire entendu, indiquant qu'elle avait admis une intervention surnaturelle. Nous rendons grâce à Dieu et nous serions heureux que le Père James soit informé de ce cadeau du Seigneur.
Bien fraternellement en Christ.

Docteur Maurice Caillet

PS: j'ai moi-même été guéri d'une périarthrite scapulo-humérale pendant les prières du Père James.  Docteur Caillet
 

Sylvie Palacios

J'avais souvent des problèmes d'insomnie. Soit je tardais à m'endormir, soit je me réveillais au milieu de la nuit avec impossibilité de retrouver le sommeil. Résultat : j'étais fatiguée le matin au lever, et je maudissais le réveil. J'avais également une cervicalgie qui me faisait souffrir au point d'avoir parfois de grandes difficultés à mouvoir la tête.
A ce jour, la cervicalgie a disparu, non pas de manière miraculeuse mais progressivement. C'est à dire, j'avais mal moins souvent et moins longtemps. Puis, au fil des jours, la douleur a disparu complètement.
Je me sens également beaucoup plus sereine, j'ai retrouvé un sommeil régulier sans difficultés d'endormissement ni réveils intempestifs.
Je vois également les choses différemment. Je me fais moins de souci, et surtout je ne me sens plus responsable du malheur des autres. Tout mauvais sentiment de culpabilité s'est évanoui.
Sylvie Palacios
 

Marie-Monique

Merci Père pour tout ce que vous nous avez donné et pour votre amour du Christ.
Je suis venue chercher la guérison intérieure et je l’ai reçue lorsque vous m’avez imposé les mains, l’Esprit Saint m’a apaisée, renouvelée, vivifiée.
J’étais venue demander la grâce à Jésus de m’aider à pardonner à tous ceux qui m’ont blessée, spécialement pendant mon enfance, à mon père et à ma mère, j’ai compris à travers vos témoignages et j’ai pris à la suite de Jésus leurs péchés pour obtenir leur pardon et leur rédemption. Et je vais offrir un trentain pour toute ma famille et descendance ; j’ai pardonné à tous et je suis en paix et dans une joie profonde
Amen ! Alleluia !   Marie-Monique
 

Marie et Jean Rault parents de Myriam, Antoine , Bénédicte, Emmanuelle et Thomas

Père James,
Comment vous remercier par des mots ce que je vis intérieurement ? Tout d’abord, merci pour votre grande foi qui nous entraîne vers le cœur aimant de notre Seigneur. Merci pour votre bonté qui se lit sur votre visage, dans vos alleluia et dans vos sourires. Merci pour le don de votre vie afin de sauver nos âmes.
 Nous avons eu la grâce de vivre la retraite en couple. Nous nous aimions déjà beaucoup, mais depuis... que c’est beau ! Pris par le rythme de la vie, nous n’arrivions à prendre que peu de temps pour Jésus et la télé, le soir, semblait nous donner un peu de détente après le coucher de nos enfants. Nous aspirons à autre chose et en demandions la grâce dans nos prières et à travers les sacrements, mais nous ne trouvions pas la force d’éteindre la télé pour prier en couple. Depuis la retraite, nous ne l’avons plus rallumée une seule fois et nos soirées se passent dans le dialogue et la prière. Nous sommes libérés de l’attraction du petit écran, Dieu est Grand, merci Seigneur.
 Sûrement vous souvenez-vous du petit Thomas, 5ème d’une fratrie, qui a mangé pour la première fois (il avait 10 mois) un carreau de chocolat dans le couloir de votre hôtel à Verrières. Vous lui aviez donné ainsi qu’à ses frères et sœurs après avoir prié sur eux 5. A chaque percée de dent, Thomas avait des bronchites asthmatiformes, les 2 dernières dents sont sorties sans asthme, merci Seigneur. Par contre, Myriam, Antoine et Bénédicte n’en sont pas encore délivrés, nous continuons de demander cette grâce à notre Sauveur et Seigneur.
Nos enfants nous ont remercié d’avoir fait cette retraite, ils sont pourtant petits 8, 6 et 4 ans, mais ils sentent combien il est bon de vivre toujours plus près de Jésus. Notre 2ème, Antoine, depuis nous dit qu’il désire être prêtre, charpentier et saint, c’est beau, non ? On vous le confie, car le 21 février, il recevra Jésus dan s la sainte Eucharistie pour la première fois.
Je laisse la parole à mon époux.
 C’est une action de grâce que je désire vous adresser, car depuis la retraite le Seigneur m’a donné de vivre dans la prière de louange, d’adoration, étroitement lié à la Vierge Marie dans la prière du chapelet. Je remercie Jésus pour son infinie miséricorde.
J’avais à peu près tous les 2 jours des crises de maux de ventre qui me faisaient souffrir et m’épuisaient. Qu’Il soit béni !
 Un message de nos jumelles qui ont expérimenté la puissance de l’Esprit Saint : en effet, à 41/2, elles n’étaient toujours pas propre la nuit. Après la retraite, j’ai été poussé à ne plus acheter de couches et de les inciter à demander à leur ange gardien de les réveiller en temps voulu et qu’ainsi, avec l’argent économisé, elles pourraient donner l’argent des couches pour un orphelinat . Elles ont été enchantées, ont choisi un prénom pour leur ange et vous font part qu’elles n’ont plus jamais fait pipi au lit depuis. Le Seigneur est grand, Alléluia.
Nous vous assurons de nos prières et encore merci. On espère vous revoir très bientôt... en 2004 si possible.

Marie et Jean Rault parents de Myriam, Antoine , Bénédicte, Emmanuelle et Thomas


 Aller à la page précédente